Le rétablissement de l’internet, un soulagement dans les provinces

31 0

INTERNET – Depuis presque un mois, les réseaux sociaux et l’internet ont subi une coupure totale dans les provinces. Après plusieurs dénonciations, le gouvernement a décidé de lever cette restriction. Comment cette levée de la restriction a été accueillie dans les provinces ? Quelques personnes jointes par téléphone donnent leurs impressions.

Depuis le 22 juillet, les N’Djamenois sont privés de l’utilisation de Whatsapp. Pour y avoir accès, ils sont obligés de passer par les VPN. Chose qui n’est pas le cas dans les autres villes du pays notamment.

Dans ces provinces, c’est une restriction totale car c’est tout internet qui est coupé. Dans la soirée du mardi 18 août, les habitants de ces villes avaient reçu des messages de la part des opérateurs téléphoniques leur annonçant la levée de la restriction de l’internet et celle des réseaux sociaux. Cette nouvelle est un soulagement pour de nombreuses personnes dans les provinces.

« En tant que natif de la ville de Moundou, je pense que c’est un ouff de soulagement pour nous. Grace à ces réseaux sociaux, nous nous divertissons et cela nous permet de nous brasser. C’est aussi par ce moyen que nous recherchons des informations sur ce qui se passe dans le monde. Donc depuis cette levée, c’est tous les enfants de la ville qui se réjouissent », affirme Mbaïornadji Casimir, un jeune joint depuis la capitale économique.

Même son de cloche à Abéché où Abba Issa informe que «  maintenant tout est digitalisé. Sans réseaux sociaux, c’est comme ne pas exister. Les business mêmes sont aux arrêts. Cette restriction est un blocus pour beaucoup de jeunes qui font du E- commerce. Les étudiants aussi sont blâmés dans cette histoire. Nous sommes bien soulagés par cette décision de laisser internet. »

Pour beaucoup d’usagers, « rétablir l’internet c’est bien, mais il faut lever totalement la restriction des réseaux sociaux.»

source tchadinfos.com/

Related Post

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *