Le ministre de la Santé publique, Abdoulaye Sabre Fadoul a fait ce lundi 04 janvier 2021, une communication relative au confinement de la ville de N’Djamena. Objet à polémique depuis la publication du décret

Le décret 2585/PR/2020 portant confinement de la ville de N’Djamena et renforcement des mesures sanitaires, fait l’objet des polémiques depuis sa publication le 31 décembre 2020. Plusieurs tchadiens ont vu en cette mesure, la restriction des libertés individuelles et d’exercer. Le ministre de la Santé publique a fait une communication ce jour pour lever les zones d’ombre. D’après Abdoulaye Sabre Fadoul, « Il s’agit d’un confinement de la ville de N’Djamena, son isolement avec le reste du monde. Il ne s’agit pas du confinement des populations de N’Djamena »

« Ce décret doit être appliqué dans son intégralité, sans restriction et sans extrapolation », a-t-il précisé. Il ajoute que ce décret ne comporte aucune mesure inédite, car s’inscrivant dans la continuité. Du bouclage des frontières après l’enregistrement du premier cas de covid-19, le 19 mars 2020, en passant par la fermeture des lieux de culte, des regroupements. « Toutes ces mesures ont été décidées et appliquées. Certaines ont été révisées à l’instar du couvre-feu et des regroupements », argumente le ministre de la Santé publique.

« N’Djamena c’est un grand centre urbain, c’est un environnement propice à la circulation du virus, les objets de rassemblement sont nombreux à N’Djamena, tant de chose qui facilitent la circulation du virus », renchérit le ministre de la santé. Ce sont des mesures provisoires, prises pour une semaine, elles sont difficiles et inévitables pour le moment. Elles doivent être proportionnelles au risque, poursuit-il.

L’article Tchad : « c’est la ville de N’Djamena qui est confiné et non la population » ministre de la santé est apparu en premier sur Journal du Tchad.

Journal du Tchad

Avatar

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *