La crise dans la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique, s’est transformée en une menace pour la sécurité et une catastrophe humanitaire pour la région selon le ministre des Affaires étrangères du Botswana, Lemogang Kwape.Le ministre qui s’exprimait en marge de l’ouverture officielle à Maputo, du sommet extraordinaire du Comité ministériel de l’Organe (MCO) de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), plaide pour « une éventuelle troisième force et exige une réponse régionale coordonnée. »

M. Kwape qui préside le MCO a déclaré que les atrocités et les attaques aveugles contre des civils innocents dans la ville de Palma de Cabo Delgado « ont atteint des niveaux intolérables et ne sauraient se poursuivre dans notre arrière-cour ».

« Il est également clair que les terroristes sont de plus en plus sophistiqués car les attaques semblaient bien coordonnées dans différentes parties de la ville, avec l’utilisation d’armes modernes, telles que des mitrailleuses automatiques, par rapport aux machettes, lorsqu’ils ont lancé les attaques en octobre 2017 », a déclaré Kwape.

Le chef de la diplomatie botswanaise d’ajouter : « Cela signifie clairement que nous avons maintenant à faire à une créature beaucoup plus grande, avec un financement et une base d’approvisionnement solides, et un soutien logistique bien établi ».

Il s’exprimait avant le sommet extraordinaire de jeudi de la double Troïka de la SADC prévu à Maputo pour discuter de la détérioration de la situation sécuritaire dans le nord du Mozambique où des militants liés à l’Etat islamique ont fait des ravages au cours des dernières semaines, envahissant Palma et tuant des dizaines de personnes dans cette ville côtière.

Les agences humanitaires estiment que plus de 10.000 personnes ont fui la ville depuis le début des attaques le 24 mars et ont cherché refuge à Pemba, la capitale de la province.

Ce sommet extraordinaire de la SADC réunit les dirigeants du Botswana, du Malawi, du Mozambique, de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie et du Zimbabwe.

Selon Kwape, les attaques contre Palma et d’autres parties de Cabo Delgado « sont un affront à la paix et à la sécurité, non seulement au Mozambique, mais aussi dans la région et la communauté internationale dans son ensemble ».

« Il est donc nécessaire de s’accorder sur une réponse régionale urgente et coordonnée pour faire face à cette nouvelle menace à notre sécurité commune, avant qu’elle ne se propage dans toute la région ».

L’article Mozambique : la crise menace la sécurité de la sous-région (ministre) est apparu en premier sur Journal du Tchad.

Journal du Tchad

Avatar

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *