8 ans en arrière dans une ville perdue du continent, je faisais mon entrée en terminale dans un lycée avec pleins de rêves et de vie, entourée de mes amis et camarades, on se racontait nos idylles, nos futures vies imaginaires, fictives… après l’examen, chacun devrait prendre son destin et nous nous sommes perdus de vue.

Ce matin à mon réveil en ouvrant ma messagerie, je trouve une avalanche de messages super sympas d’un ancien camarade très brillant. Après nos brefs moments d’échanges, il n’a pas hésité à me demander ce que je suis devenue. À moi de lui dire qu’après mon baccalauréat, je sois tombée enceinte et mes rêves s’étaient transformés en cauchemar pour la simple raison que j’ai été abandonnée par mes parents et je n’avais le soutien de personne pour croire en moi et me redonner la chance qu’est celle de poursuivre mes études supérieures. Triste, il poursuivit la discussion en me demandant combien d’enfants j’avais à ma charge. Sur un ton ironique, je lui dis 4. Un peu nerveux, il me donne immédiatement l’ordre de marquer une pause et de reprendre mes études en se portant garant de couvrir toutes les charges. Voyez-vous, ce camarade désintéressé de toutes formes de récompense sait d’avance que je suis récupérable et que je peux apporter ma pierre à l’édifice. Il est écrit où que porter une grossesse soit un handicap…

En me prêtant au jeu, j’éprouvais une tristesse énorme pour les filles-mères à qui ils ont volé leurs jeunesses.

Elles sont désormais abandonnées à elles-mêmes sans le soutien de personne. Elles sont abusées et maltraitées, beaucoup reçoivent des coups sans en donner parfois. Ce camarade a compris le sens de la vie, le bonheur ne vise pas l’individualisme, il est collectif. Sans savoir combien mes frais lui couteraient, il s’engage quand même à me faire rêver de nouveau. On ne parlera de l’émancipation de la femme que si les dimensions masculines qui lui sont fixées dès la naissance sont levées. Vous regardez avec admiration les grandes femmes très instruites, vous devez comprendre qu’il leur a fallu beaucoup de volonté et de résilience pour s’en tirer…

À vous chers parents, il serait bienséant de votre part d’apprendre les langages des adultes à vos filles adolescentes aux risques de les voir devenir filles-mères, et si la situation venait à se présenter, ne les blâmez pas parce que la responsabilité est partagée. À vous nos chers époux, vous devez respecter la femme, la femme est la représentation de la spiritualité. Une maison sans femme est comparable à un champ englouti par les eaux saisonnières. Une épouse épanouie ou malheureuse est votre miroir, le reflet de vos reliquats d’éducations.

Glory Djaouga

L’article #TCHAD #Opinion Libre : Conseil et point de vue d’une compatriote. est apparu en premier sur Le Tchadanthropus-tribune.

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *