J’ai entendu ces derniers jours, avec stupéfaction et amertume, des personnes intervenantes à travers des émissions individuelles, publiques ou des publications et commentaires écrits, appeler à un morcèlement du Tchad, une destruction du Tchad. Sur nos désormais 23 régions, certains esprits malveillants semblent souhaiter l’exclusion et l’isolement de 3, 4, 5 ou 6 régions selon leur positionnement sur la carte. Je traverserais donc 3, 4 pays si je voulais aller de Sarh à Mourdi ? Quelle aberration de lancer des idées pareilles ! Surtout lorsqu’on vit hors du Tchad depuis plusieurs années.

Je voudrais ici dire très clairement que ceux qui formulent un tel projet ne seront jamais parmi mes amis.

Je suis né et j’ai grandi dans un pays de 1 284 000 km² et je m’opposerai à toute personne qui voudra en prendre ne serait-ce qu’un mètre carré. Nous n’avons pas laissé prendre la bande d’Aouzou, large de seulement 100 km, par les ennemis du Tchad, alors pourquoi accepterions-nous aujourd’hui de céder nos terres à de nouveaux ennemis de notre pays ?

Ces extrémistes, il faut appeler les choses par leur nom, promeuvent leur projet sournois pour rallier des suiveurs et veulent surfer sur cette fibre potentiellement dangereuse pour brandir une menace qui même au sens juridique pourrait être qualifiée « d’atteinte à intégrité du territoire National/l’Unité nationale », « haute trahison » ou d’autres termes que les spécialistes n’ignorent pas. Les Tchadiens, ceux qui aiment le Tchad tel qu’il est né, combattront toujours l’injustice chez eux et ailleurs s’ils le peuvent. Nous devons combattre avec la même ardeur ceux qui veulent jouer aux théoriciens et propagandistes du morcèlement du Tchad aujourd’hui.

J’ose espérer que le bagne de Koro Toro est aussi fait pour des malfaiteurs de cette catégorie, sous peine de déchéance de nationalité. Ça leur permettra de se rendre compte de la chance qu’ils ont d’être Tchadiens.

Le Rwanda a connu un génocide avec seulement 2 ethnies et ils n’ont pas morcelé leur pays, qui est devenu aujourd’hui source d’admiration. Prenons donc cet exemple-là et la multitude d’autres exemples de pays où les hommes et femmes ont su faire de leurs diversités des avantages pour ensemble construire une société aussi juste et paisible que possible. Car c’est autour de la justice et la paix qu’une Nation se construit et progresse.

Pourquoi s’attarder sur des exemples aussi peu représentatifs que « le cas soudanais » ? Bientôt on nous donnera peut-être aussi l’exemple du Kosovo.

Ces extrémistes répondront que ce serait pour « éviter un génocide » comme au Rwanda. OK…

Le Japon a subi deux attaques à la bombe atomique avant d’en être là aujourd’hui. Doit-on demander à être bombardés pour espérer émerger ? Monaco, Dubaï, le Qatar, n’a pas eu à passer par un génocide, du moins dans l’histoire contemporaine, pour se développer.
Les Nigériens, les Russes, les Brésiliens, les Américains, les Français, etc. sont des peuples avec des traditions et origines diverses, mais je ne les entends pas débattre d’un morcèlement ou éclatement de leurs pays.
Peut-être cela a-t-il été évoqué pour la Belgique… mais ils ne sont pas écervelés au point de disloquer leur Nation et leur identité.

Copions les bons exemples, pas les mauvais. Les vrais débats sont ailleurs…

 

Tahar Chemi’mi

L’article #TCHAD #Opinion Libre : Le Tchad = 1 284 000 km². Une équation déjà résolue. (Tahar Chemimi) est apparu en premier sur Le Tchadanthropus-tribune.

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *