Les journaux sénégalais, parvenus vendredi à APA, traitent essentiellement de l’examen sous haute tension de ce texte par l’Assemblée nationale.Le Soleil annonce que les députés se réunissent en séance plénière, aujourd’hui à 10 heures, pour étudier « le projet n°10/21 modifiant la loi n°65-60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal ».

Selon l’exposé des motifs, rapporte le quotidien national, « cette réforme vise à définir une nouvelle politique de recouvrement des avoirs criminels. Elle porte également sur le financement du terrorisme, la piraterie maritime… ».

Outre le Code pénal, la représentation nationale se penchera sur le Code de procédure pénale. WalfQuotidien signale que « l’Etat traque les nouveaux terroristes » avec la refonte des textes portant sur « le droit de manifester et la régulation des réseaux sociaux ».

Pour L’AS, « l’Etat corse les peines ». Dans ce journal, Seydou Guèye, le porte-parole de l’Alliance Pour la République (APR, parti au pouvoir), se veut rassurant en jurant que ces modifications n’ont rien à voir avec « la liberté de manifestation ou de rassemblement ».

Mais l’opposition n’y croit pas du tout. Au contraire, elle pointe du doigt « un projet liberticide » qui la pousse, selon Le Quotidien, « à manifester ».  Face à la presse hier jeudi, relate ce journal, les opposants ont particulièrement dénoncé l’article 279-1 du Code pénal assimilant plusieurs actes au terrorisme.

C’est déjà le « branle-bas de combat » pour l’opposition ayant multiplié « les rencontres et déclarations jusque tard dans la nuit » du jeudi au vendredi, fait savoir Vox Populi. Dans les colonnes de ce journal, Cheikh Abdou Mbacké, 2e vice-président de la Commission des lois de l’Assemblée nationale, soutient que « toutes ces manœuvres visent Ousmane Sonko ».

L’Observateur, de son côté, indique que le mot d’ordre du Mouvement pour la Défense de la Démocratie (M2D, opposition) est de « résister à tout prix ». Dans ce quotidien, Aliou Sané, Coordonnateur du mouvement citoyen, Y en a marre, tire à boulets rouges sur les tenants du pouvoir : « Ce projet de loi est dangereux pour notre démocratie et tous les Sénégalais qui se posent en contre-pouvoir mais surtout un danger pour nos vies. L’heure est grave. La dictature est là, il faut faire face ».

Sud Quotidien cite Ousmane Sonko, le chef de file des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) pour qui, « le président Macky Sall cherche à installer la peur dans l’esprit de (ses concitoyens) pour se baliser le chemin d’un troisième mandat ».

Dans sa réplique, publiée par le même journal, Aymérou Gningue, le président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle, Benno Bokk Yakaar (Unis par le même espoir, en langue wolof), déclare : « C’est bien triste tout ça. Ils sont encore dans la désinformation systématique ». Tout porte à croire, d’après Libération, qu’on se dirige « vers un vendredi de confrontation ».

Sur un tout autre sujet, Stades signale que le chef de l’Etat, Macky Sall, « a décidé de tenir une réunion (sur l’état des infrastructures sportives) au moment où la Confédération africaine de football (Caf) met la pression sur les associations » n’ayant toujours pas de stades répondant aux normes internationales.

Candidat à la présidence de la Fédération Sénégalaise de Football (FSF), Mady Touré, le fondateur de l’Académie Génération Foot, a présenté, dans Record, un « programme (dans lequel il) réserve une place prépondérante » aux installations sportives.

L’article Le projet de modification du Code pénal tient en haleine la presse sénégalaise est apparu en premier sur Journal du Tchad.

Journal du Tchad

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *