C’est une décision prise par le directeur de la Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA), Dieudonné Djonabaye, à l’occasion de la fête de la musique célébrée le 21 juin 2021

 

Une conférence débat a ressemblé hommes de médias et artistes musiciens à la Maison de la culture Baba Moustapha le 21 juin. C’était à l’occasion de la célébration de la 40ème édition de la fête de la musique. La conférence a été animée par le président de la HAMA, Dieudonné Djonabaye sous le thème : « Rôle de la HAMA dans la promotion de la musique à travers les media ».

Pour promouvoir la musique tchadienne, le président de la HAMA invite les médias, toutes lignes éditoriales confondues à accorder la priorité aux productions locales soit : « 60% de programmation des émissions locales et 70% de la musique tchadienne ». Cette suggestion a été appréciée par les artistes présents dans la salle.

Le patron de l’organe de régulation des médias tchadiens ajoute que : « d’après la loi, les media doivent promouvoir l’industrie culturelle nationale par la diffusion/publication des œuvres artistiques. Et la HAMA est chargée de veiller au respect des dispositions de la loi par les média ». Pour lui les médias doivent permettre la mise en valeur du patrimoine national.

« Soyez fiers de vos productions artistiques. Réfléchissez davantage pour un meilleur rayonnement de la culture tchadienne au Tchad et à l’étranger », a lancé M. Djonabaye à l’endroit des artistes tchadiens.

L’article Tchad : au moins 70% de la musique tchadienne doit être programmée dans les médias est apparu en premier sur Journal du Tchad.

Journal du Tchad

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.