Ce que le Tchad reproche à la Centrafrique le permet à certains de ses membres officiers de l’armée et autre para-militaires.

Dans la guerre qui a vu la disparition d’Idriss Déby, plusieurs combattants du FACT ont été faits prisonnier. Plusieurs de ces prisonniers ont été convoyés vers la capitale N’Djamena, quand leurs responsables politico-militaires sont extraits à bord des hélicoptères toujours vers N’Djamena.

Selon des informations recueillies parmi les militaires du régime Déby, plusieurs officiers seraient exécutés sommairement par des pontes du régime, pour se venger de la mort d’Idriss Déby.

Face à ces crimes qui ne respectent pas les conventions dont le Tchad est signataire, plusieurs organisations de droits de l’homme sont saisies afin de procéder à des plaintes contre ces assassins.

D’ores et déjà, une saisine auprès de certains tribunaux sont entrain d’être fait afin que ces crimes de guerre à l’image des génocidaires, ne restent pas impunis.

Les personnes déjà listées seront inscrites comme des criminels et poursuivies comme tels par des juridictions nationales ou internationales.

Les combattants Ali Saleh Hassaballah, et Ali Ibrahim, docteur en Italie seraient exécutés froidement par le DG des Douanes. L’enquête doit établir les faits et la justice doit être saisie pour entendre de quelles manières ces personnes sont liquidées froidement après leur capture.

Fait prisonnier de guerre avec 60 autres combattants du FACT, M. Ali Ibrahim aurait été extrait avec un autre groupe de prisonniers par M. Beguéra et fusillé.

Résidant en Italie et Docteur de l’université de Milan, Ali Ibrahim a rejoint le Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) au mois de février 2021, après avoir participé à plusieurs manifestations sur les droits de l’homme entre l’Italie et paris parmi les patriotes de la diaspora de France.

Défenseur respecté des droits de l’homme et activiste intransigeant, Ali Ibrahim laisse derrière une jeune épouse éplorée et des camarades de lutte inconsolables.

Tout se paye un jour ou l’autre, quand la justice des hommes s’estompe, celle divine sera encore plus forte.

Tchadanthropus-tribune

L’article #TCHAD #Droit de l’homme : Des prisonniers de guerre établis exécutés par les pontes du régime après leur reddition. (Voir Images et vidéos) est apparu en premier sur Le Tchadanthropus-tribune.

Related Post

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *